Petit-fils de l’ancien Président de la République SleimanFrangieh dont il porte fièrement le nom, le jeune SleimanFrangieh n’a pas connu néanmoins l’enfance choyée et protégée des héritiers. Privé de ses deux parents et de sa Soeur à l’âge de onze ans après le terrible massacre de Ehden, il a grandi dans son village de Zgharta auprès de son grand père, immergé dès lors dans les coulisses de la politique libanaise et internationale. Suite à ce drame, il a refusé de se replier dans la rancune et l’esprit de revanche et a patiemment appris la résilience en s’ouvrant aux autres et en prenant à cœur les soucis et les problèmes de chacun. En retour, la population lui a accordé sa confiance et sa profonde affection, reconnaissant en lui l’étoffe d’un futur leader. Engagé de fait dans la politique à un âge précoce, il en a acquis une expérience et une pratique large et a pu construire une personnalité solide et ferme sous tendue par les vertus de la tolérance et du pardon. Sur la scène politique libanaise, il a su se distinguer par un positionnement politique cohérent et crédible et une pratique réaliste et pragmatique, basés sur un attachement inébranlable à sa terre, ainsi qu’à son identité libanaise.